Les plantes contre la pollution dans la maison

Nous savons tous que les arbres sont nécessaires pour lutter contre la pollution. Par contre nous avons moins conscience que les plantes vertes dans nos appartements dépolluent aussi notre environnement proche… . Des expériences scientifiques, menées par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) de Nantes ont démontré les capacités d’assainissement de l’air, y compris l’absorption des COV (Composés Organiques Volatiles), par les plantes vertes. De plus, nous pouvons choisir les espèces de plantes en fonction des pièces de la maison. Suite aux recherches de la NASA, menées à bord des engins spatiaux habités, le CSTB de Nantes a effectué ses recherches dans une chambre expérimentale simulant une pièce d’habitation, en y installant des plantes vertes. L’air de cette chambre expérimentale était vicié et contenait des COV du type benzène, toluène, formaldéhydes. Une semaine plus tard, l’expérience s’est avérée très concluante, l’air de la pièce était purifié, les COV avaient totalement disparus, absorbés par les plantes vertes…Ce que nous savions intuitivement, et de façon évidente pour le gaz carbonique, a donc été vérifié pour les COV. Les plantes sont capables d’absorber les produits toxiques et de restituer un air purifié. La composition de 3 plantes désintoxique 30m². Nous passons 80 % de notre temps dans des lieux clos où l’air est chargé de substances nocives.

L’air intérieur est de 5 à 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur. 7 à 20 % des cancers sont liés à des facteurs environnementaux. En 20 ans, le nombre de maladies « allergènes » respiratoires a doublé.

Comment les plantes agissent-elles contre les polluants ?
Les polluants peuvent être absorbés par les plantes de deux manières : Par les racines ou par les feuilles. L’air est-il plus pollué à l’extérieur ou l’intérieur ?
L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur a mené une première étude de grande ampleur concernant la pollution intérieure : 10 % des logements analysés sont très pollués. « La pollution chimique est plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur. »

Au-delà de leurs aspects purement décoratifs, certaines plantes ont de bonnes capacités de régénérescence de l’air. Une bonne dizaine d’espèces parmi lesquelles ficus, fougères, lierres, et plus particulièrement dracena marginata, spathiphyllum, chlorophytum …

Les plantes absorbent les produits toxiques par les feuilles, bien sûr, mais aussi par les racines et par les microorganismes présents dans la terre. Pour une grande efficacité, l’air doit pouvoir circuler facilement au niveau des racines. Bien arroser une plante, c’est permettre une bonne circulation de l’air et une épuration optimale.

A chaque pièce, sa plante !

  • Plantes dépolluantes contre le toluène, le benzène, le monoxyde de carbone et allergènes : le chlorophytum et l’Alœ vera
  • Plantes dépolluantes contre COV et ondes électromagnétiques : le spatifphyllum …
  • Plantes dépolluantes contre le xylène et le formaldéhyde : la fougère et le palmier de Boston, le caoutchouc et le ficus benjamina
  • Plantes dépolluantes contre le toluène et le monoxyde de carbone : le Scindapsus et le Schefflera
  • Plantes dépolluantes contre l’ammoniac : les azalées
  • Plantes dépolluantes contre le trichloréthylène : les chrysanthèmes
  • Plantes dépolluantes contre la nicotine, benzène, monoxyde de carbone, ammoniac, formaldéhyde : spathyphyllum, chamaedorea, chrysalidocarpus, dracaena marginata’’.